<body><script type="text/javascript"> function setAttributeOnload(object, attribute, val) { if(window.addEventListener) { window.addEventListener('load', function(){ object[attribute] = val; }, false); } else { window.attachEvent('onload', function(){ object[attribute] = val; }); } } </script> <div id="navbar-iframe-container"></div> <script type="text/javascript" src="https://apis.google.com/js/plusone.js"></script> <script type="text/javascript"> gapi.load("gapi.iframes:gapi.iframes.style.bubble", function() { if (gapi.iframes && gapi.iframes.getContext) { gapi.iframes.getContext().openChild({ url: 'https://www.blogger.com/navbar.g?targetBlogID\x3d6771540118839230034\x26blogName\x3dProvidentielle+2007\x26publishMode\x3dPUBLISH_MODE_BLOGSPOT\x26navbarType\x3dSILVER\x26layoutType\x3dCLASSIC\x26searchRoot\x3dhttp://providentielle.blogspot.com/search\x26blogLocale\x3dfr_FR\x26v\x3d2\x26homepageUrl\x3dhttp://providentielle.blogspot.com/\x26vt\x3d2789231194766799201', where: document.getElementById("navbar-iframe-container"), id: "navbar-iframe" }); } }); </script>

Providentielle 2007

Afin que les citoyens deviennent acteurs de leur destin

Le comité sur les institutions a remis son rapport

lundi 29 octobre 2007

Edouard Balladur a remis ce matin au président Nicolas Sarkozy 77 propositions portant sur près de la moitié des articles de la Constitution, pour réformer les institutions françaises. Vous pouvez dès maintenant télécharger le document en cliaquant sur le lien suivant : Rapport du Comité et 77 propositions

Nos contributeurs ne manquerons pas d'en commenter la teneur dans les jours à venir


Providentielle

Sources et crédit
Comité de réflexion et de proposition sur la modernisation et le rééquilibrage des institutions de la République

Libellés : , ,

posted by Providentielle 2007, 16:46 | link | 3 comments |

Vouloir et pouvoir ... d'achat !

jeudi 25 octobre 2007

Mardi 23 octobre s’est tenu la conférence sur l’emploi et le pouvoir d’achat . Sauf pour les rentiers et ceux des retraités qui jouissent d’une retraite acceptable, le POUVOIR D’ACHAT est effectivement lié à l’emploi et au salaire perçu. Or, à bien lire les rapports et notes produites, on constate que l’exacte mesure du pouvoir d’achat fait débat.

Au même titre que la mesure du taux de chômage, qui a laissé sur le carreau le DG de l’INSEE, la jauge PIB ou le taux d’endettement, l’indicateur « pouvoir d’achat » ne paraît plus adapté.

Le CAE (Conseil d’analyses Economiques) préconise de compléter et d’élargir l’actuel indice des prix à la consommation. Nous estimons cela louable si la démarche consiste à actualiser les ingrédients de l’indice. En ce sens l’intégration des dépenses de logement relève du parfait bon sens. Nous sommes par contre beaucoup plus prudents dés l’instant ou des données subjectives entrent en lice.

Ce sera en particulier le cas si l’on donne suite à la piste « INDICE DU COUT DE LA VIE »

Il s’agit ici de mesurer le VOULOIR d’ACHAT, et le POUVOIR d’ACHAT pour normer la frustration. Cette orientation qui est un nouvel avatar de la tendance anglo-saxonne d’instiller des normes empreintes d’immatériel et de subjectif dans toutes les formes de bilans (comptables ou sociétaux), va générer des polémiques sans fin.

Proviidentielle croit qu’il faut sensibiliser effectivement le plus grand nombre aux coûts directs et indirects de notre cadre de vie. L’indice des prix a la consommation doit dés lors être le plus exhaustif et le plus moderne possible. Il peut être conforté par de simples indicateurs de tendances des dépenses obligées (charges fixes locatives, automobiles etc...).

Mais nous mettons en garde contre ce talent bien français qui consiste à copier une démarche importée de l’étranger, puis à la complexifier pour y laisser sa marque.

Paul VALERY a écrit : « Ce qui est simpliste est toujours faux, mais ce qui est complexe est inutilisable »

A méditer, en ce domaine comme dans beaucoup d’autres.


Richard HASSELMANN

Sources, crédits et copyright
Le Point

Libellés : , ,

posted by Providentielle 2007, 11:39 | link | 2 comments |

Catimini

mercredi 24 octobre 2007

L’actuelle majorité, soutient indéfectible du Gouvernement et du Président de la République compte en ses rangs de très nombreux adeptes de l’orthodoxie budgétaire, de la dette jugulée, et d’une gestion financière du pays lucide, solidaire et dynamique.

Certes les mandats parlementaires garantis valaient bien quelques sacrifices de convictions, mais il y a désormais des limites franchies qui sont proprement insupportables !

Que ceux qui nous font l’honneur et l’amitié de nous lire en jugent.

Dans l’indifférence absolue, dans le silence ouaté des couloirs de l’Assemblée, le projet de budget pour 2008, poursuit son petit bonhomme de chemin. Retouché ici ou là il aggrave le déficit et creuse encore le fossé des inégalités.

Nous sommes désormais a un niveau d’impasse de l’ordre de 42 MDS d’€ ! Dans le même temps au détour d’un compte rendu, en catimini, on apprend que l’ISF sera encore moins productif, avec la faculté ouverte aux propriétaires d’entreprises, d’en diminuer l’assiette pour les investissements faits dans leurs propres entreprises.

Dans le même sens, le produit de l’IR (Impôt sur le revenu) est revu a la baisse par le biais d’un tour de passe-passe pervers qui consiste à augmenter le taux du prélèvement libératoire sur dividendes et produits financiers de 16 à 18% et dans le même temps….on sort ce type de revenus de l’assiette de l’IR ! Les tranches les plus hautes y trouveront leur compte.

Cela vous en conviendrez touche peu, les petits revenus salariaux.

Voilà pourquoi Providentielle pense judicieux et urgent de décrypter, informer, et expliquer.

Au rang du référentiel de valeurs que nous entendons forger et imposer figure : L’EXEMPLARITE. Ceci explique cela !


Richard HASSELMANN

Libellés : , ,

posted by Providentielle 2007, 18:19 | link | 1 comments |

Des pommes, des poires et ....

mercredi 17 octobre 2007

L’alimentaire fait l’actualité.

Que ce soit au niveau du prix du lait ou du blé, au niveau du cri d’alarme des jeunes agriculteurs français qui financent de pleines pages dans les quotidiens, ou encore d’études qui montrent que les français consomment de moins en moins de fruits et légumes, les projecteurs sont braqués.

Cette question de la place de l’agriculture dans notre modèle économique et social, figure au rang des grandes thématiques retenues par notre collectif.

Nous avons montré dans de précédents billets (AGRICULTURE ou AGRICULTUREL en Mars 2007), en quoi une agriculture française forte, est un moteur, de développement qui dépasse très largement l’aspect nourricier, ou le « FOOD POWER ».

Nous redoutons néanmoins, les orientations de la commission ATTALI visant a libérer totalement la distribution, si en amont, et en particulier en matière alimentaire, on ne met pas en place des circuits courts et vertueux.

A cet égard je voudrais livrer au lecteur, une réflexion, tirée d’une question d’un jeune enfant, qui s’étonnait "de ne plus trouver de cerises en octobre"

Si les français consomment de moins en moins de fruits et légumes, c’est sans doute en raison des prix, mais aussi, en raison d’une moindre appétence pour des produits insipides, mûris à la hâte, flétris par un transport, long, coûteux et polluant, et par une banalisation de présentation .

Il faut remettre les pendules à l’heure, expliquer, aux enfants que les cerises c’est en juin, les raisins en septembre, les kiwis en décembre. Ainsi ils vont les attendre, avoir des produits récoltés, en proximité, et retrouver le goût et une hygiène alimentaire éliminant l’obésité.

Il y a là, une vraie piste, car outre la relance de pans entiers de notre agriculture, les transports seront diminués, avec leurs cortéges de nuisances. Les jeunes agriculteurs ont raison, quand ils signalent que délocaliser c’est utiliser du pétrole pour importer nos aliments. Ils ont raison quand ils pointent les risques en matière de traçabilité des produits.

Ils ont encore raison quand ils exhortent de ne pas jeter le bébé avec l’eau du bain, en coupant l’agriculture de toute modernité, au prétexte d’un environnement à préserver. Il y a un juste milieu, et les agriculteurs sont les premiers à le savoir.

Donnons aux jeunes agriculteurs, et notamment en périphérie des villes, des terrains qu’ils recherchent, pour y développer des cultures de proximité.

Etendons le principe des AMAP (Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne) voir notre billet de juillet 2007, pour qu’il soit le cas échéant piloté par les collectivités locales, nous y trouverons des emplois, une hygiène de vie, une sécurité et une indépendance d’approvisionnement, et nous tisserons du lien social entre l’urbain et l’agricole.

Richard HASSELMANN

Sources crédits et copyrights
AFP
Les AMAP

Libellés : , , ,

posted by Providentielle 2007, 16:27 | link | 4 comments |

Santé quand tu nous tiens !!!

lundi 15 octobre 2007

Les lecteurs de ce blog, de plus en plus nombreux, savent que la Santé est au cœur de nos préoccupations.

Le 22 Mars nous écrivions : « SANTE : Le préalable absolu» et le 18 juillet nous commettions « BOUCLIER ou PARAPLUIE », c’est dire si nous précédons en ce domaine comme dans beaucoup d’autres les feux des projecteurs.

Les créateurs de notre collectif, et ceux qui nous rejoignent, sont Médecins, managers d’institutions sociales, spécialistes des ressources humaines, économistes, ils sont ni a droite, ni a gauche, mais convaincu d’une chose :

Si il est un domaine ou le capitalisme sauvage, et le calcul de boutiquier n’a pas sa place c’est en matière de santé.

Nous le redisons avec force, la Santé est le bien le plus noble de l’individu. Sans santé, toutes les autres activités humaines, sont interdites ou amoindries. Une nation moderne, qui se pose en exemple, doit mobiliser toute ses forces et ses ressources, pour que le plus grand nombre de citoyens accède à une santé, de qualité, harmonieusement répartie, à l’écart des luttes de classes.

Nous attendions le rapport BRIET/FRAGONARD , il est disponible.

Providentielle est une vigie. Nous ne nous laissons pas détourner par les gesticulations médiatiques, qui braquent les feux des projecteurs sur des thèmes différents chaque jour et alimentent les chroniques et gazettes.

Comme nous le pensons, et l’écrivons depuis des années, il n’y a pas à tergiverser.

Il faut faire un constat sans complaisance, tordre le cou à tous les mandarinats et corporatismes du monde médical, éradiquer l’influence des laboratoires, qui, par le biais d’une armée de visiteurs médicaux tiennent souvent la plume des prescriptions.

Le rapport BRIET/FRAGONARD, pointe le schéma d’un reste à charge (RAC) qui serait cantonné en fonction du revenu fiscal du citoyen patient.

C’est dans ce domaine sensible, le principe qui voudrait que chacun reçoit en qualité et en quantité de soins ce dont il a besoin, et cotise selon ses moyens. Cela nous va assez, mais il faut vraiment connaître tous les revenus, et la notion de revenu fiscal, reste à cet égard encore trop floue.

Dans le même temps et par expérience, nous pensons qu’il faut faire confiance aux professionnels de santé. Dans leur très grande majorité, ils restent animés par un vrai sacerdoce. Constatons simplement et très objectivement, que les revenus d’un généraliste, sont indignes en regard de son rôle et des contraintes qu’il supporte.

Admettons en décortiquant l’ONDAM (objectif national d’évolution des dépenses d’assurance maladie) comme nous l’avons fait, que le poids de toutes les gestions administratives mérite d’être examiné, sans complaisance pour le lobby syndical.

Nous pensons qu’il faut peser sur le comportement de « la demande » du citoyen patient, financeur, pour que l’offre soit réceptive.

Il reste que notre population vieillit, que les actes et techniques de santé coûtent de plus en plus, et qu’un pays comme la France ne peut laisser les plus démunis sur le bord du chemin.

Confions à la Haute Autorité de Santé (HAS), la mission de dire ce qu’est le socle de soins et prestations indispensables a tous, et accessibles facilement en tous points du territoire, et laissons, de côté, l’effet de mode ou le superflu.


Richard HASSELMANN

Crédit et copyright image
PANCHO
Sources et liens
SNMKR
Ministère de la santé
Premier Ministre

Libellés : , , ,

posted by Providentielle 2007, 10:50 | link | 8 comments |

Faire du bruit avec la bouche

mercredi 10 octobre 2007

Nul ne conteste désormais au pouvoir en place et singulièrement au Président de la République, un réel talent d’orateur.

Comme j’ai déjà eu l’occasion de le dire, le CAPA détenu par Nicolas SARKOZY est un label en ce domaine.

Lors de sa récente intervention télévisée, il était évident que les mines, réjouies et confites de Patrick Poivre D'Arvor et Arlette Chabot, confirmaient l'admiration portée au grand professionnel de la communication au sommet de son art.

Il ne vous étonnera donc pas que dès le le lendemain une grande partie de la presse (pour ne pas dire mieux), louait le bon sens et le caractère incontestable des assertions.

Attention ! Le meilleur est à venir. Je veux parler du "Comité de réflexion et de proposition sur la modernisation et le, rééquilibrage des institutions de la Ve République" plus connu sous le nom de "Comité BALLADUR" , qui doit restituer le fruit de ses consultations et cogitations sur la réforme des institutions.

Il va falloir être vigilant car les premiers échos donnent a penser que nous allons une nouvelle fois passer a côté de l’essentiel, la fin du cumul de certains mandats, la mise en œuvre d’un statut de l’élu, pour servir la soupe, d’un pseudo rééquilibrage des pouvoirs, et au mieux un zeste de proportionnelle.

Messieurs BAYROU et HOLLANDE, ont pris conscience qu’une révision constitutionnelle passe par une majorité des 3/5 eme au congrès (Assemblée Nationale + Sénat) et qu’en conséquence, des voix du Parti Socialiste, notamment, seront utiles.

L’enjeu n’est pas de savoir si le régime sera présidentiel ou non. Il s’agit de savoir si l’on veut régénérer la classe politique et restaurer la confiance des citoyens dans leur démocratie représentative !!!

Il est inadmissible que cette question du cumul des mandats, pointée comme nocive par une large majorité de citoyens soit, à priori, exclue du débat.

Vous comprendrez une nouvelle fois, que nous sommes dans un contexte de solidarité objective entre élus de tous bords.

Il faudra savoir s’en souvenir lors des élections municipales, et recenser sans complaisance, les mandats détenus par les protagonistes.

Portalis disait : « Il ne faut pas de lois inutiles elles affaiblissent les lois nécessaires »

Permettez moi de paraphraser : "Il ne faut pas non plus de gesticulations et discours creux, ils masquent le fonds et l’essentiel"


Richard HASSELMANN

Sources et crédit
La conférence des batonniers
Comité constitutionnel
Wikipedia
Ministère de l'intérieur

Libellés : , , ,

posted by Providentielle 2007, 16:53 | link | 4 comments |

Droits de l’Homme : dire tout et faire son contraire

mardi 9 octobre 2007

Extrait du discours du Président de la République le 4 octobre à Sofia :

« L’idée que je me fais de notre pays, la France, c’est que, chaque fois que quelqu’un est injustement opprimé, ce quelqu’un-là devienne français immédiatement. Non pas par les papiers, non pas par l’administration, mais il devient français parce que sa souffrance devient une souffrance qui doit être portée par la France. C’est cela la mission de notre pays : porter des valeurs universelles, de respect des droits de l’homme » … / ….

Pourtant, il n’a jamais été aussi difficile ... d’obtenir le droit d’asile dans notre beau « pays des Droits de l’Homme ».

Extrait d’un rapport d’observation sur les conditions d’exercice du droit s’asile réalisé par une association experte du sujet :

« Le processus le plus brutal reste la façon dont les demandes d’asile sont traitées dans les centres de rétention où tout semble organisé pour que les étrangers ne puissent faire valoir leurs droits : absence d’information et d’interprète, délai expéditif de cinq jours pour rédiger la demande, celui encore plus court de 96 heures pour que l’OFPRA statue sur la demande… »

Et là encore il n’est pas question de tous les aménagements législatifs et réglementaires récents ou en cours qui prévoient une restriction des droits des étrangers et du droit à mener une vie familiale normale, l’instauration de quotas d’expulsion et des tests ADN

Non, nous évoquons bien simplement la situation des demandeurs d’asile, c'est-à-dire des personnes qui font état de l’oppression dont ils seraient victimes dans leur pays d’origine. Le B-A-B-A pour un pays désireux de défendre les Droits de l’Homme.

Cela fait un moment que la France ne souhaite plus être exemplaire en la matière (Cf la situation des détenus ; les nombreuses condamnations de la France par la Cour Européenne des Droits de l’Homme …)

Peut-être que nos hommes politiques pourraient avoir la décence de l’assumer en évitant de se draper dans la feu tradition française de promotion et de respect des droits de l’homme.

Il est plus que temps de rayer de tous les manuels scolaires la mention « La France, pays des Droits de l’Homme ». C’est dommage parce que comme projet de société ça avait un petit peu plus de gueule que « La France est forte en rugby » non ?…


Nicolas Froissard

Sources et copyrights
Le site de la Présidence de la République
LCI
AFP
Crédit et copyright image
Pessin

Libellés : , ,

posted by Providentielle 2007, 18:45 | link | 3 comments |

Un mauvais service de la France à l'Europe

lundi 8 octobre 2007

De quel mauvais service s'agit-il?

Celui de faire miroiter à l'Europe que la "réintégration" de l'Otan par la France et son alignement sur l'ultra-périlleuse politique américaine face à l'Iran améliorerait la "sécurité atlantique". Bien au contraire, celle-ci ne pourrait que bénéficier de la prise en mains par les Européens de leurs propres objectifs et moyens de défense.

Le porte parole de l'Alliance atlantique vient de constater le 19 septembre que ses membres ne sont plus en mesure d'apporter des contributions suffisantes à la force de réaction de l'Otan (Rapid Response Force ou NRF ) de 25 000 hommes. Celle-ci ne serait plus opérationnelle. Les pays européens peinent également à réunir des troupes lors d'opérations extérieures comme celle qui va se mettre en place, en novembre, dans l'est du Tchad, en complément de la force ONU- UA au Darfour.

L'Otan est aujourd'hui engagée dans deux opérations majeures, en Afghanistan et au Kosovo (respectivement 40 000 et 17 000 hommes), et le commandement de la Force internationale d'assistance à la sécurité (Isaf) en Afghanistan ne cesse de réclamer davantage d'hommes et d'équipements. Nous avons déjà montré qu'en Afghanistan, les opérations sous direction américaine enchaînent les échecs. Elles suscitent plus de volontaires rejoignant les talibans qu'elles ne neutralisent de représentants de ces derniers.

La Respond Force est conçue comme un "réservoir de forces" ayant vocation à remplir des missions de sécurité collective ou de gestion des crises. C'est une force de réaction rapide pour des circonstances exceptionnelles, et son rôle n'est pas de pallier les lacunes capacitaires dans telle ou telle opération. Les unités qui la composent sont de facto "gelées" : elles sont identifiées dans les armées des Etats membres, et changent par rotation tous les six mois.

Or les Etats-Unis, soutenus notamment par la Grande-Bretagne, le Canada et les Pays-Bas, demandent une évolution de ce concept afin de pouvoir disposer des forces qui la composent en Afghanistan. Ils se heurtent à plusieurs pays, dont la France, l'Allemagne, la Belgique et l'Espagne, qui veulent conserver le concept originel de la Force. De plus, ces pays, dont la France, qui contribue fortement à la défense européenne, y compris à travers la Respond Force de l'Otan, répugnent à augmenter leur financement.

Cette crise de l'Otan, comme celle de la guerre en Afghanistan, est en fait une crise de la « solidarité atlantique », c'est-à-dire une crise des relations entre les pays européens et l'Amérique. Si l'Otan a perdu son pouvoir mobilisateur, c'est parce que l'Amérique est en train de perdre le sien. Les plus atlantistes des pays européens ne peuvent pas ne pas se rendre compte du fait que, depuis la catastrophique invasion de l'Irak, l'Amérique se trouve désormais incapable de mener d'actions militaires durables, avec ou sans l'Otan.

Ceci que ce soit contre un hypothétique terrorisme que contre le bien réel Iran. Un article de William Pfaff publié le 20 septembre 2007 (1) et cité par Dedefensa montre que les Gardiens de la Révolution iraniens (à ne pas confondre nécessairement avec les forces sur lesquelles s'appuie le président Ahmadinejad) ne redoutent pas, mais au contraire souhaitent une attaque par l'Amérique, avec ou sans l'aide supplétive d'Israël ou (Kouchner dixit) de la France. Avec les techniques de la G4G, ils sont certain de l'emporter. Ce serait hélas aussi la fin de l'Etat d'Israël. L'Amérique n'aurait de chance de succès qu'avec un emploi massif de l'arme atomique, dont l'effet provoquerait évidemment une véritable guerre de civilisation (2)

Dans ces conditions, plutôt que « réintégrer » l'Otan et confondre son action avec celle des Etats-Unis, la France devrait plus que jamais se démarquer de l'une et de l'autre. L'Europe devrait faire de même. L'Amérique ne fait et ne fera jamais aucune concession à l'Europe, dès que celle-ci se met en tête de développer des alternatives à sa domination. On le voit dans le cas de Galiléo aujourd'hui. Les Etats-Unis et ses alliés européens font tout pour démanteler ce qui reste de ce programme de souveraineté européenne pourtant essentiel.

D'où la question plus générale de savoir si une politique française de rapprochement avec les Etats-Unis, que ce soit via l'Otan ou au Moyen-Orient, va bien dans le sens des intérêts de la France, directement, et de l'Europe, indirectement. Nous sommes pour notre part persuadés du contraire. Mais qui en France aujourd'hui, en dehors des effets d'annonce, est-il capable de peser intelligemment le pour et le contre ?

Eric CAMPION


Les Sources et notes :

(1) On apprend que la tentation de faire de l'Otan le bras armé de Washington est plus grande que jamais. Le possible candidat républicain à la présidence Rudy Giuliani vient de proposer d'y faire entrer Israël, l'Australie, le Japon, l'Inde et Singapour, sans provoquer de réactions. Voir lien

(2) L'article de William Pfaff

Crédit image et copyright
Opération Paix

Libellés : , ,

posted by Providentielle 2007, 12:11 | link | 2 comments |

La roche tarpeienne ……..

jeudi 4 octobre 2007

Il est des jours ou l’actualité, concentre en des raccourcis saisissants, des informations, qui misent bout a bout éclairent « l’obscurité ».

Jugez-en !

L’INSEE sort une prévision de croissance à 1,8%, nous renvoyons le lecteur à nos précédents articles.

Gallimard publie dans la collection "La PLEIADE" , ce superbe roman d’un STENDHAL exilé en Italie et désabusé, "Lucien Leuwen", histoire d’un retour dans une France du 19eme siècle, ou la démocratie est bafouée, par l’alliance de l’aristocratie et du pouvoir, par l’allégeance des députés, par la confusion des genres et des intérêts. Toutes ressemblances serait fortuite, mais a lire sans tarder.

EADS, défraie une nouvelle fois la chronique dans le très mauvais sens. Là encore il y a des amitiés, initiées qui vont être gênantes. Cette affaire outre qu’elle concerne directement le contribuable français, car c’est la Caisse des dépôts et Consignations qui a racheté des titres au cours dopé, est à suivre pour d’autres raisons.

Le délit relevé par l’AMF (autorité des marchés financiers) concerne un grand nombre de dirigeants et cadres. Il sera utile d’identifier ce beau monde, épris d’altruisme et de solidarité, pour éviter de leur confier en d’autres circonstances le bien public !

*Enfin, aujourd’hui, 4 octobre, La garde des Sceaux présente le projet de….. dépénalisation du droit des affaires . Il va falloir faire vite.

Tout cela nous conforte dans l’idée, que notre Collectif, qui se mue en Association déclarée, a une vraie place, en se proposant de mettre en place, dans chaque département, des actions d’information et de formation, pour rendre les citoyens et les jeunes en particulier « Acteurs de leur destin » .

Il est impératif de changer de référentiel de valeurs.

Je crois avec d’autres de plus en plus nombreux, que dans un pays, comme dans une entreprise, une gestion socialement responsable qui respecte, le salarié-citoyen, le Capital vertueux, l’éthique humaniste, et l’environnement n’est pas incompatible avec la performance .

Une performance mesurée a l’aune d’un nouveau référentiel de valeurs, que nous allons forger et qui s’imposera tôt ou tard. Ce référentiel, sera bâti par nos adhérents et sympathisants, à partir des actions de terrains.

Il faut en effet savoir, qu’à vouloir tout mesurer, avec des grilles de lectures standardisées, et éculées, on peut passer a côté d’indicateurs ou tendances, non mesurables en standard mais primordiaux, pour le bien être d’une population et sa confiance en la démocratie !

Richard HASSELMANN


Sources crédits et copyrights
Challenge
AFP
Procastin
La roche tarpeieine (Wikipedia)

Libellés : , ,

posted by Providentielle 2007, 19:44 | link | 13 comments |