<body><script type="text/javascript"> function setAttributeOnload(object, attribute, val) { if(window.addEventListener) { window.addEventListener('load', function(){ object[attribute] = val; }, false); } else { window.attachEvent('onload', function(){ object[attribute] = val; }); } } </script> <div id="navbar-iframe-container"></div> <script type="text/javascript" src="https://apis.google.com/js/plusone.js"></script> <script type="text/javascript"> gapi.load("gapi.iframes:gapi.iframes.style.bubble", function() { if (gapi.iframes && gapi.iframes.getContext) { gapi.iframes.getContext().openChild({ url: 'https://www.blogger.com/navbar.g?targetBlogID\x3d6771540118839230034\x26blogName\x3dProvidentielle+2007\x26publishMode\x3dPUBLISH_MODE_BLOGSPOT\x26navbarType\x3dSILVER\x26layoutType\x3dCLASSIC\x26searchRoot\x3dhttp://providentielle.blogspot.com/search\x26blogLocale\x3dfr_FR\x26v\x3d2\x26homepageUrl\x3dhttp://providentielle.blogspot.com/\x26vt\x3d2789231194766799201', where: document.getElementById("navbar-iframe-container"), id: "navbar-iframe" }); } }); </script>

Providentielle 2007

Afin que les citoyens deviennent acteurs de leur destin

Un nouveau référentiel de valeurs et de richesses

jeudi 29 novembre 2007

Nous ne nous en rendons plus compte, mais nos indicateurs de santé de notre société sont complètement liés au référentiel dans lequel ils sont mesurés. Si le référentiel change, un même chiffre, un même fait, un même résultat objectif n'aura pourtant plus du tout le même sens.

Le référentiel actuellement dominant dans le monde met en avant la réussite par l'argent, la consommation et le pouvoir d'achat comme première source de satisfaction personnelle, la rentabilité financière à court terme comme exigence préalable, l'intérêt personnel, catégoriel ou national comme base de toute discussion, échange ou négociation. Il se caractérise par une obsession : celle de vouloir toujours être le meilleur, dans un système de comparaison permanente, absurde et aveugle, ayant perdu tout rapport avec le progrès et le dépassement de soi.

Personnellement, ce référentiel ne me convient pas. Ma sensibilité et mon système de valeurs privilégient l'humain, la solidarité et le partage. Comme St-Exupéry, je considère « qu'il n'y a de richesses que d'hommes ». Je pense que nous ne sommes pas sur terre pour autre chose que pour construire des relations ensemble, pour apprendre à nous connaître et à nous aimer. Le bien-être du plus grand nombre est pour moi l'objectif premier d'une société, et devrait être la finalité de l'action politique. Il s'agit d'un objectif absolu : il s'adresse à tous, indépendamment des origines, des croyances, des lieux de vie... et de toute méritocratie arbitraire ! La transmission du savoir, l'apport mutuel d'expérience, la fixation d'une ambition collective sont des éléments essentiels du partage ... / ...

Lire la suite du texte sur LIBR'ACTEURS

Libellés : , ,

posted by Providentielle 2007, 13:40 | link | 0 comments |

Proportionnelle : Juste et efficace

lundi 26 novembre 2007

"Notre premier enjeu va consister à peser et proposer pour aboutir à une démocratie revisitée et pluraliste. Une contribution qui ouvre le débat et mérite commentaires .Merci de vos contributions. A l’issue, la synthèse soutiendra les actions" LIBR'ACTEURS

Dire qu’un retour à la proportionnelle serait un retour à la quatrième République est une supercherie de bas étage qui fait obstacle au débat indispensable. Elle permet surtout de concentrer le pouvoir entre l’UMP et le PS qui laissent quelques miettes au PC et au Nouveau Centre.

Cette situation est malsaine car la majorité des Français ne se sentent pas vraiment représentés, ce qui est nuisible à la démocratie, par principe, mais aussi « par danger » en ce sens que le recours à des solutions de remplacement devient plus attractif, voire indispensable.

C’est d’autant plus regrettable que d’autres modes de scrutins sont possibles. Pour ma part, je suggère, pour la réflexion, deux pistes susceptibles d’ailleurs de s’enrichir mutuellement ... / ...

La suite sur LIBR'ACTEURS

Libellés : ,

posted by Providentielle 2007, 14:18 | link | 2 comments |

Communiqué de presse

vendredi 23 novembre 2007

Le 22 septembre à LYON a été créé "LIBR’ACTEURS"

A l’initiative de 9 citoyens, d’âges et de sensibilités diverses, ce collectif en forme d’association loi 1901, prolonge et organise le mouvement créé fin 2006 à l’occasion des élections de 2007 et matérialisé par l’espace interactif : Providentielle 2007

Considérant le divorce consommé entre le monde politique et les citoyens (en particulier les jeunes), le blocage du système politique au profit d’une classe qui refuse à se renouveler,l’incapacité des gouvernants de toute tendance à prendre des décisions audacieuses et adaptées aux défis du moment :

LIBR’ACTEURS se donne comme objectif premier de contribuer à donner au plus grand nombre, et en particulier aux jeunes générations, l’envie et la capacité d’être acteurs lucides et libres de leur destin.

Rassemblement pluraliste, libre de toute influence partisane, LIBR’ACTEURS entend privilégier l’information, l’éducation et la formation des générations nouvelles aux enjeux politiques et sociaux du monde moderne.

LIBR’ACTEURS ambitionne de forger un nouveau modèle économique et social, appuyé par un référentiel de valeurs modifié, faisant une place prépondérante à l’humain, au secteur de l’économie sociale et solidaire, à la conscience de la terre et à l’intérêt des générations futures.

Comme ARISTOTE, LIBR’ACTEURS rappelle : « Le citoyen est tour à tour gouverné et gouvernant »


Vous pouvez découvrir le blog de LIBR'ACTEURS en cliquant ci-dessous
Découvrir le blog de LIBR'ACTEURS et venir dialoguer avec ses fondateurs

Libellés : , ,

posted by Providentielle 2007, 19:43 | link | 2 comments |

Santé et pharmacie

jeudi 15 novembre 2007

Au rang des questions posées pour la maîtrise des dépenses de santé figurent le coût des médicaments et le poids influent des grands laboratoires mondiaux. Nous pensons que si l’industrie pharmaceutique mérite d’être protégée, elle doit également pouvoir être, à certains égards, contrôlée.

Avec le temps, et l’exigence toujours plus grande de sécurité dans un environnement judiciarisé, la mise sur le marché d’une molécule efficace est de plus en plus coûteuse. Pourtant il n’est ni très difficile, ni très long de créer de nouveaux composés chimiques de synthèse grâce a la bonne connaissance de l’intimité de l’assemblage des éléments de la chimie organique, carbone, hydrogène oxygène ou azote entre autres. Par contre la recherche de l'activité et de l'absence de toxicité ainsi que les essais cliniques demandent beaucoup de temps et d'argent.

En fait, dans ce domaine on assiste à une sorte de fuite en avant. Les découvertes sont protégées par des brevets dont la durée de vie donc l’exclusivité commerciale est de l’ordre d’une quinzaine d’année. D'où la tentation de les renouveler périodiquement après modification mineure de leur formule chimique sans influence sur leur activité curative ou préventive. Ces brevets portent sur la nouveauté de la composition ou de l’utilisation d’un principe actif donné.

Pour continuer dans cette voie il convient de s’interroger sur les moteurs «premiers» qui guident les services de recherche. La rentabilité du produit ne doit pas prendre le pas sur les besoins de centaines de millions d’individus, au motif que la concurrence et la contrefaçon font rage. Autrement dit, il n'est pas souhaitable de laisser les dirigeants des laboratoires décider seuls de l'orientation de leurs travaux vers telle ou telle maladie.

Un cas exemplaire : la vaccination et le traitement de la malaria ou paludisme ne génèrent presque plus de recherches, alors que cette pandémie s’étend vers les zones tempérées et fait des millions de morts chaque année.

Les grands laboratoires fixent généralement leurs tarifs en fonction des facultés contributives de chaque pays, mais ils craignent de voir revenir leurs spécialités brevetées des régions où les prix plus sont plus bas vers celles où ils sont plus élevés, d'où leurs réticences à faire des concessions tarifaires pour le traitement du SIDA en Afrique par exemple.

Pourtant, il leur serait facile d'identifier leurs matières premières "en vrac" ou conditionnées à l'aide de colorants inoffensifs codifiant en fonction de la région de diffusion. Cette traçabilité permettrait le repérage des éventuels recyclages et détournements de zones. Ainsi la fin du désordre provoqué par contrefaçons, génériques et copies frauduleuses interposées leur retirerait toute justification pour imposer à la terre entière des prix de vente exagérément élevés.

Par ailleurs, une partie importante des sommes investies en colloques, congrès et visiteurs médicaux chargés de convaincre le médecin de prescrire en leur faveur devrait trouver un emploi plus efficace et mieux justifié.


Jacques BRILLOT

Libellés : , ,

posted by Providentielle 2007, 17:32 | link | 7 comments |

Statut de l'élu et non-cumul des mandats : Suite

mercredi 14 novembre 2007

L’un de nos visiteurs nous a fait remarquer que dans notre article "Comité Balladur" : Impasse totale sur le statut de l'élu et le non-cumul des mandats !, nous avions omis de citer la proposition 56 dudit rapport.

La proposition 56, interdit tout cumul entre un mandat parlementaire et un mandat exécutif local.

Donc acte. Nous rendons à la commission ce qui est à la commission.

Cela étant, même si elle doit être complétée par une limitation du renouvellement des mandats (nos députés le sont en moyenne depuis 20 ans !), il s'agit à nos yeux d'une réforme-clé, que nous nous attacherons à voir réellement mise en oeuvre.

Au vu des premières réactions politiques, ce n'est pas gagné... La vigilance s'impose donc, mais les espoirs sont là !


Lionel LACASSAGNE

Libellés : , , ,

posted by Providentielle 2007, 16:58 | link | 3 comments |

Comité "Balladur" : Impasse totale sur le statut de l'élu et le non-cumul des mandats !

lundi 12 novembre 2007

A bien y regarder, le rapport du Comité de réflexion et de proposition sur la modernisation et le rééquilibrage des institutions de la V eme République baptisé "Comité Balladur" comprend tout à la fois des propositions aberrantes et scandaleuses, de nettes avancées, et de grandes lacunes.

Des propositions aberrantes et scandaleuses Je qualifie "d'aberrantes" des propositions qui vont, selon moi, à l'encontre du bon sens. Dans le contexte actuel de la France et de son complet atypisme en matière de cumul des mandats, de représentativité de son Assemblée nationale, et de dette publique, je qualifie même les propositions suivantes de "scandaleuses"


Extraits du rapport ( Intégralité en téléchargement)

- Prop. 17 : Retour des anciens Ministres au Parlement.

Non ! Je préconnise qu'un Ministre démissionne purement et simplement de ses fonctions d'élu lorsqu'il devient Ministre ! En contrepartie, je demande que nos Ministres restent en place durant tout le quinquennat présidentiel. Nous aurions alors un Gouvernement stable, agissant dans la durée pour mettre en oeuvre la politique définie par le Président (cf. prop. 1 avec laquelle je suis d'accord), se souciant de mener ses réformes de fond et non de gesticuler autour d'une communication de façade et de court terme. Nos Ministres pourraient alors bâtir des relations solides avec leurs homologues européens, au lieu d'être la risée de ces derniers, qui observent avec sourire et agacement la valse de nos Ministres et leur jeu permanent de chaises musicales. -

Prop. 62 : Part de proportionnelle limitée à 20 ou 30 sièges

Soit à peine 5% du nombre total de sièges de l'Assemblée nationale!

- Prop. 4 : Organisation du 1er tour des élections législatives en même temps que le second tour des élections présidentielles.

De qui se moque-t-on ? Une démocratie saine ne cherche pas à brider l'ensemble des opinions qui existent dans une société, mais s'attache au contraire à permettre leur expression et surtout leur représentation au Parlement. Cela passe par une vraie part de proportionnelle, telle qu'elle existe en Allemagne ou au Japon. Et si les élections législatives et présidentielles ont lieu en même temps, alors organisons les premiers et seconds tours de chacune d'elles simultanément.

- Prop. 23 (et 31) : Utilisation de l'article 49.3 aux seules lois de finance et de financement de la sécurité sociale.

Non ! Le contrôle budgétaire est l'une des fonctions essentielles du Parlement. Elle ne peut pas lui être confisquée ! Les finances publiques sont cruciales pour les générations actuelles et futures de notre pays. Je considère donc que l'article 49.3 ne doit en aucun cas pouvoir être utilisé pour les lois de finance et de financement de la sécurité sociale. Je le dis avec d'autant plus de verve que nos dirigeants, tous bords confondus, ont laissé se creuser la dette et les déficits de façon ininterrompue depuis 30 ans, et se sont montrés incapables de gérer correctement nos finances publiques. Après ces quelques remarques pour le moins virulentes, je tiens à saluer certaines propositions qui sont par contre à mon sens de nettes avancées

- Clarifier et davantage encadrer le pouvoir executif : prop. 1, 2, 13 et 31 ;

- Recentrer l'Assemblée nationale sur ses missions premières : prop. 19, 20, 21, 33, 41, 42 et 43 ;

- Accorder une plus grande attention aux députés de l'opposition : prop. 44, 46, 59, 60, 61 ; - Instaurer une démocratie plus participative : prop. 67 ;

- Améliorer l'accessibilité et la transparence du pouvoir judiciaire : prop. 9, 69, 72 et 75.

Pour autant, certaines d'entre elles sont beaucoup trop timides. Par exemple : Dédier une semaine sur 4 exclusivement aux questions législatives (discussion des projets et propositions de loi) me paraît encore insuffisant. Ce devrait être 2 ou 3 semaines sur 4 !

De même, exiger le soutien d'un cinquième des membres du Parlement en plus d'un dixième des électeurs inscrits pour déclencher un référendum d'initiative populaire tronque le souhait initial de développer la démocratie participative : Je préconnise que le soutien d'un dixième des électeurs inscrits suffise.

Si l'excellent principe d'instaurer un "National Audit Office" à la française, appelé "Comité d'Audit parlementaire", semble acté afin de doter les députés de véritables moyens d'exercer leur mission de contrôle, nous ne savons absolument rien de sa composition ni de son mode de fonctionnement.

De grandes lacunes

Enfin et surtout, j'estime que le rapport du "Comité Balladur" comporte de grandes lacunes. La plus grande, la plus visible, la plus incroyable est l'absence totale de propositions sur l'instauration d'un statut de l'élu et sur le non-cumul des mandats.

Ce sujet est effleuré dans la proposition 18, qui interdit tout cumul entre une fonction ministérielle et un mandat électif. Mais ne nous y trompons pas : la façon dont cette proposition est formulée demeure très subtile et très hypocrite.

Pour moi, la meilleure façon d'éviter un tel cumul est d'obliger les élus à démissionner de leurs fonctions lorsqu'ils deviennent Ministres, et d'interdire aux Ministres (ou personnes fortement pressenties pour le devenir) de se présenter à toute élection. Or, je rappelle qu'un Ministre ou Secrétaire d'Etat du Gouvernement actuel sur deux s'est fait élire député en 2007 (cf. mon article "Ministre... et Député "publié le 25 juin sur ce site) et il est probable qu'un certain nombre d'entre eux envisagent de se présenter aux élections municipales et/ou cantonnales de 2008..

J'aurais également aimé que le "Comité Balladur" travaille sur les suites à donner aux manquements et irrégularités dénoncés par la Cour des Comptes, et impose l'application des recommandations de cette dernière. Enfin, réfléchir à la façon de responsabiliser les élus sur les promesses et engagements qu'ils prennent devant les électeurs avant de se faire élire, et à la façon de mettre fin à un mandat en cas de tromperie avérée, eût été une innovation intéressante .

.
Lionel LACASSAGNE

En savoir plus
Texte de la constitution française du 4/10/1958
Sources
Comité de réflexion et de proposition sur la modernisation et le rééquilibrage des institutions de la V eme République

Libellés : , ,

posted by Providentielle 2007, 15:35 | link | 5 comments |

Grèves GRAVES !!!

La semaine qui s’ouvre va être marquée par ce que l’on baptise pudiquement des mouvements sociaux. Providentielle depuis bientôt une année est sans ambiguïté, sur les vrais enjeux de notre pays.

Ses animateurs, fondateurs, depuis plus longtemps ont porté des convictions pour permettre au pays de revenir dans le peloton de tête des nations qui comptent. Le visiteur, internaute aura compris à la lecture de nos billets l’idée que l’on se fait de la politique menée, et plus encore de ceux que le pays s’est donné pour la mener.

La gesticulation, la manipulation de l’affectif, la mise en scène, les connivences de toutes sortes, ne peuvent masquer bien longtemps, la vacuité de la réflexion. Nous sommes entrés dans une forme d’escroquerie intellectuelle, qui utilise le mot comme "miroir aux alouettes"

Il demeure, que les grèves annoncées, sur le fondement majeur de la remise a plat des régimes spéciaux de retraite, témoignent d’une forme d’autisme des citoyens concernés. Plus grave, qu’il se trouve des mouvements politiques et syndicaux pour soutenir, contre le simple bon sens ce type de réaction corporatiste, est particulièrement inquiétant.

C’est le signe d’une sclérose évidente, du politique et du syndicalisme à la française. Cette situation se nourrit des fruits standardisés d’une démocratie confisquée, prisonnière d’un personnel élu, uniquement préoccupé des mandats vivriers, cumulés et conservés.

A cet égard, la préparation des prochaines municipales est instructive. Loin de penser à rajeunir, a diversifier, ou a se décharger de mandats empilés, les mêmes, directement, ou par famille interposée, annoncent ici ou là, des ambitions de candidatures.

Cette recherche éperdue de rentes de situation, incite peu le citoyen a penser que le mandat politique c’est « L’enfer au service des autres », mais il y a plus grave. Comment espérer, que les bénéficiaires de régimes spéciaux abdiquent, quand il constate l’existence de ces statuts « politiques » spéciaux. Au rang du référentiel de valeurs que nous entendons promouvoir, figure l’exemplarité.

Cela commence par cette élémentaire déontologie de comportement.

A cet égard, le Président de la République, chantre de la rupture, a pointé les séquelles néfastes de Mai 68. Il serait prudent de penser que l’histoire, si elle ne se répète pas, repasse souvent les plats. La conjonction entre une contestation étudiante largement manipulée à propos des universités, et des mouvements salariaux corporatistes, doit remettre en mémoire un schéma connu.

Renault n’est plus la régie Renault, mais la SNCF ou la RATP sont de beaux équivalents. Face à cette réalité, l’ennui et le danger résident dans un personnel politique identique, 40 ans plus tard. Identique dans ces clivages surannés, identique dans son mode de fonctionnement, identique dans son absence d’ouverture et de représentativité, identique enfin quant au seul moteur qui le guide : "Rester dans l'assiette au beurre !"


En cela les grèves sont graves et risquent de laisser la France sur la GREVE ou plus prosaïquement ... sur le sable !


Richard HASSELMANN


Crédit et copyright image
Jacques ROUXEL

Libellés : , ,

posted by Providentielle 2007, 11:50 | link | 3 comments |

Europe, génétique et démographie

vendredi 9 novembre 2007

Le malheureux « pas de clerc » de l’ Arche de Zoé, conduit à s’interroger, car tout est lié. N’en déplaise aux tenants de l’ADN « viatique », au cours des prochaines années notre vieille Europe va être confrontée a plusieurs types de vagues migratoires.

Les unes liées a la pauvreté, les autres commandées par un besoin de têtes et bras vigoureux dans un continent vieillissant, et de nouvelles en forme d’exode de population chassée par des conditions climatiques impropres a la simple survie.

La totalité de ces mouvements de l’ordre de 25% de la population de l’Union Européenne, ne se fera pas sans impacter l’identité Européenne.

Si l’on souhaite que cela se fasse de manière harmonieuse et sans heurt, il faut savoir s’y préparer dés maintenant. Les murs, de pierres de barbelés ou de….. gênes, sont faits pour être franchis, abattus ou contournés.

C’est en ce sens que le co-développement est aussi une urgente et ardente obligation. Providentielle l’a évoqué dans un précédent billet (MARE NOSTRUM)

Il faut oser prendre le contre-pied des idées reçues et des solutions de facilité qui sclérosent notre société. L’immigration n’est pas le vrai problème car qu’on le veuille ou non : Elle est inéluctable, pour les 3 raisons évoquée supra. Le problème c’est l’idée que l’on s’en fait, et la nauséeuse instrumentalisation de ce thème.

Regardons l’immigré avec plus d’empathie et veillons, sous couvert de charité à ne pas accentuer le mal vivre dans les pays d’origine. C’est là que la boucle est bouclée. L’humanitaire, et le droit d’ingérence cher au "French Doctor" fait appel à de nobles sentiments. Mais dans le sillage de l’humanitaire, pour ne pas dire dans les mêmes convois, il y a le Charity Business

Non il ne faut pas laisser mourir de faim des populations ici ou là, mais avant de gesticuler et d’intervenir, il faut bien mesurer l’impact et les intérêts. En annonçant que telle partie du monde est en danger imminent, on légitime toutes sortes d’interventions. Certaines de celles-ci- peuvent être commandées par des motifs moins nobles qu’il n’y paraît.

En ce domaine comme dans beaucoup d’autres un « lobbying » bien mené peut avoir le résultat escompté, et vous entendez à la suite des populations locales, étonnées de sollicitudes dont elles se seraient peut être bien passées !


Le collectif Providentielle

Libellés : , ,

posted by Providentielle 2007, 17:54 | link | 0 comments |