<body><script type="text/javascript"> function setAttributeOnload(object, attribute, val) { if(window.addEventListener) { window.addEventListener('load', function(){ object[attribute] = val; }, false); } else { window.attachEvent('onload', function(){ object[attribute] = val; }); } } </script> <div id="navbar-iframe-container"></div> <script type="text/javascript" src="https://apis.google.com/js/plusone.js"></script> <script type="text/javascript"> gapi.load("gapi.iframes:gapi.iframes.style.bubble", function() { if (gapi.iframes && gapi.iframes.getContext) { gapi.iframes.getContext().openChild({ url: 'https://www.blogger.com/navbar.g?targetBlogID\x3d6771540118839230034\x26blogName\x3dProvidentielle+2007\x26publishMode\x3dPUBLISH_MODE_BLOGSPOT\x26navbarType\x3dSILVER\x26layoutType\x3dCLASSIC\x26searchRoot\x3dhttp://providentielle.blogspot.com/search\x26blogLocale\x3dfr_FR\x26v\x3d2\x26homepageUrl\x3dhttp://providentielle.blogspot.com/\x26vt\x3d2789231194766799201', where: document.getElementById("navbar-iframe-container"), id: "navbar-iframe" }); } }); </script>

Providentielle 2007

Afin que les citoyens deviennent acteurs de leur destin

Droits de l’Homme : dire tout et faire son contraire

mardi 9 octobre 2007

Extrait du discours du Président de la République le 4 octobre à Sofia :

« L’idée que je me fais de notre pays, la France, c’est que, chaque fois que quelqu’un est injustement opprimé, ce quelqu’un-là devienne français immédiatement. Non pas par les papiers, non pas par l’administration, mais il devient français parce que sa souffrance devient une souffrance qui doit être portée par la France. C’est cela la mission de notre pays : porter des valeurs universelles, de respect des droits de l’homme » … / ….

Pourtant, il n’a jamais été aussi difficile ... d’obtenir le droit d’asile dans notre beau « pays des Droits de l’Homme ».

Extrait d’un rapport d’observation sur les conditions d’exercice du droit s’asile réalisé par une association experte du sujet :

« Le processus le plus brutal reste la façon dont les demandes d’asile sont traitées dans les centres de rétention où tout semble organisé pour que les étrangers ne puissent faire valoir leurs droits : absence d’information et d’interprète, délai expéditif de cinq jours pour rédiger la demande, celui encore plus court de 96 heures pour que l’OFPRA statue sur la demande… »

Et là encore il n’est pas question de tous les aménagements législatifs et réglementaires récents ou en cours qui prévoient une restriction des droits des étrangers et du droit à mener une vie familiale normale, l’instauration de quotas d’expulsion et des tests ADN

Non, nous évoquons bien simplement la situation des demandeurs d’asile, c'est-à-dire des personnes qui font état de l’oppression dont ils seraient victimes dans leur pays d’origine. Le B-A-B-A pour un pays désireux de défendre les Droits de l’Homme.

Cela fait un moment que la France ne souhaite plus être exemplaire en la matière (Cf la situation des détenus ; les nombreuses condamnations de la France par la Cour Européenne des Droits de l’Homme …)

Peut-être que nos hommes politiques pourraient avoir la décence de l’assumer en évitant de se draper dans la feu tradition française de promotion et de respect des droits de l’homme.

Il est plus que temps de rayer de tous les manuels scolaires la mention « La France, pays des Droits de l’Homme ». C’est dommage parce que comme projet de société ça avait un petit peu plus de gueule que « La France est forte en rugby » non ?…


Nicolas Froissard

Sources et copyrights
Le site de la Présidence de la République
LCI
AFP
Crédit et copyright image
Pessin

Libellés : , ,

posted by Providentielle 2007, 18:45

3 Comments:

Oui mais a force de jouer sur les sentiments, et d'avoir une gauche qui fait du social avec l'argent des autres , on en arrive aux déviances que vous décrivez.
F AMARA a dit "c'est dégueulasse".
Ok mais c'est justement parceque c'est degueulasse qu'il faut savoir comment notre pays en est arrivé là?
commented by Anonymous Anonyme, 9 octobre 2007 à 19:59  
On peut faire du social sans forcément jouer sur les sentiments. C'est le cas de nombreuses associations de terrain qui adoptent une démarche qu'on peut qualifier de professionnelle et rigoureuse dans le cadre de leur activité de lutte contre les exclusions. Sans forcément beaucoup communiquer. Le misérabilisme, les bons sentiments, ça ne fonctionne pas ou plus. Il faut du concret. Montrer qu'un euro public dépensé dans l'action sociale, quand il est bien utilisé, est indispensable à la vie en société, voilà ce à quoi nous devons tendre.

Quant à Fadela Amara, Badinter disait récemment que lorsqu'on rejoint un gouvernement, on intègre une équipe dont on est forcément solidaire. Voilà un des rares anciens de la gauche qui me semble avoir gardé un peu de lucidité et de cohérence.
Fadela AMARA comme Martin HIRSCH ont trop vite cru qu'ils pourraient inspirer les députes UMP les plus à droite.

C'était bien d'essayer mais maintenant il faut partir ou s'attendre à un festin de couleuvres géantes !!!!
commented by Anonymous Marc B, 10 octobre 2007 à 10:06  

Add a comment