<body><script type="text/javascript"> function setAttributeOnload(object, attribute, val) { if(window.addEventListener) { window.addEventListener('load', function(){ object[attribute] = val; }, false); } else { window.attachEvent('onload', function(){ object[attribute] = val; }); } } </script> <div id="navbar-iframe-container"></div> <script type="text/javascript" src="https://apis.google.com/js/plusone.js"></script> <script type="text/javascript"> gapi.load("gapi.iframes:gapi.iframes.style.bubble", function() { if (gapi.iframes && gapi.iframes.getContext) { gapi.iframes.getContext().openChild({ url: 'https://www.blogger.com/navbar.g?targetBlogID\x3d6771540118839230034\x26blogName\x3dProvidentielle+2007\x26publishMode\x3dPUBLISH_MODE_BLOGSPOT\x26navbarType\x3dSILVER\x26layoutType\x3dCLASSIC\x26searchRoot\x3dhttp://providentielle.blogspot.com/search\x26blogLocale\x3dfr_FR\x26v\x3d2\x26homepageUrl\x3dhttp://providentielle.blogspot.com/\x26vt\x3d2789231194766799201', where: document.getElementById("navbar-iframe-container"), id: "navbar-iframe" }); } }); </script>

Providentielle 2007

Afin que les citoyens deviennent acteurs de leur destin

SANTE : Le Préalable absolu !

jeudi 22 mars 2007

Pour l’organisation mondiale de la Santé (OMS), la Santé est constitué par tout ce qui concerne et concourt au bien être physique, moral, social et culturel de l’individu.

Approche exhaustive et ambitieuse, mais qui a le mérite de situer l’importance du bien le plus précieux de l’individu.

Sans santé, toutes les activités humaines, sont impossibles ou très sérieusement entravées ou diminuées. Dés lors, la Santé doit être la mission première d’un Etat, pour que le plus grand nombre de citoyens la conserve ou la retrouve.

Convenons aussi que, si il est un endroit ou doivent s’exercer les solidarités les plus élémentaires, c’est bien en ce domaine. Vous comprendrez pourquoi, il nous parait opportun de donner un coup de projecteur sur les acteurs de santé, au premier rang des quels nous plaçons les médecins généralistes, les praticiens hospitaliers et les auxiliaires de santé.

Ce secteur, est malheureusement soumis a un « lobbying » puissant et a une « balkanisation » générée par la coupure généralistes/spécialistes, et médecine de ville/hôpital.

Nous-nous bornerons ici à des constats simples.
En matière de santé, il n’y a « in fine » que 2 acteurs.

Le citoyen, financeur obligatoire par les prélèvements sociaux, ou volontaire par les complémentaires, et le Médecin, professionnel sachant qui jouit de la confiance du citoyen, qui devient un jour patient, par la maladie ou l’age.


Dans l’intimité du « colloque singulier », les approches technocratiques de la santé n’ont pas leur place. Il faut donc revoir la nature de la demande si l’on veut peser sur l’offre.


Mais il faut surtout, reprendre tout au commencement, et ce commencement c’est le généraliste, confident familial pluridisciplinaire de proximité.


Il est proprement malhonnête de focaliser l’opinion sur les 22 ou 23€ du C (consultation), quand on étudie sereinement les premières données de l’ONDAM 2006 (objectif national des dépenses d’ assurance maladie), qui pèse 121 Mds€.

Le généraliste consomme 3,2% de cette masse, là où la gestion prélève 4,6% (c’est énorme compte tenu de l’assiette), ou les indemnités journalières 5,9%.

Comment attirer, vers cette médecine générale, indispensable au lien social, et en charge seule de la permanence des soins (PDS) de jeunes étudiants qui apprennent que le revenu annuel moyen d’un généraliste est de l’ordre de 65000, €, pour environ 60h/semaine, là ou le spécialiste affiche 110000, € et ou il vous faut au bas mot 3 mois, pour qu’un ophtalmologiste daigne vous recevoir !

La réponse coule de source, il faut revaloriser sans crainte le généraliste, en l’alignant sur le spécialiste, mais également en sortant du paiement à l’acte. Ce n’est pas faire injure aux médecins, que de dire que si l’activité est libérale, elle est largement administrée et solvabilisée par la collectivité.

Dés lors allons au bout de cette logique, avec un forfait administratif par
capitation et un volet « volontariat » pour participation active aux missions de santé publiques et de prévention.

Professionnalisons enfin les maisons médicales de garde (MMG) pour la permanence des soins.
Ce chantier est clair, il sera soutenu par le citoyen /patient, sans qu’il soit besoin d’accentuer les clivages, par des franchises ou autres tickets modérateurs d’ordre public.

Il suffit de le dire et de le vouloir



Richard HASSELMANN

Libellés : , , , ,

posted by Providentielle 2007, 18:56

4 Comments:

Les français en ont marre de votre solidarité.

aujourd'hui tout est dû, tout est normal.

votre article tombe bien, je viens d'apprendre que les CMUistes n'ont pas besoin de médecin traitant (ils ne seraient pas capables d'en comprendre le bien-foné) et nesont pas pénalisé par le EIRO.

Ils ne payent rien...

alors râle le bol, moi je suis obligés de passer par mon médecin avant d'aller voir un spécialiste, on me déduit 1 euro à chaque consultation (en vérité 2 euros, 1 pour le généraliste, 1 pour le spécialiste) et de plus, il y a des dépassements à chaque fois;

Où est la solidarité ?

certainement pas avec les smigards !


Fernand PAREUR
Le râleur qui en a marre de râler
commented by Anonymous Anonyme, 23 mars 2007 à 11:12  
je reviens une nouvelle fois, c'est mon journal qui me donne l'occasion de raler un peu plus.

je lis que les smigards sont au nombre de 2 270 000, mais qu'ils seraient même 3 340 000 si on y ajoute les entreprises agricoles, les particuliers, les intérimaires et ceux des administration publique.

3 340 000 a faire preuve de solidarité (un peu par volontariat, beaucoup par obligation) sans recevoir d'aide financière pour pauyer leur Mutuelle.

comprenez mon ras le bol...

Fernand PAREUR
le raleur de service...
commented by Anonymous Anonyme, 23 mars 2007 à 12:00  
Votre réaction est parfaitement légitime, et témoigne du degrés d'exaspération de nombreux citoyens, pénalisés par les effets de seuil. Cette technique brutale qui consiste à dire au dessus de tel revenu vous n'avez droit a rien, est la meilleure pour liguer les uns contre les autres et pour générer des frustrations.
Si il est un domaine ou cela est dommageable, c'est bien en matière de santé.
Vous constaterez simplement que mon billet s'attache a attirer l'attention sur cette question, pour dire qu'il ne faut pas se tromper de "LAMPISTE"(ici les généralistes) d'une part et que ,d'autre part, la santé préalable absolu doit être financée, par le denier public, sur une base de qualité pour que le plus grand nombre y accéde.
Je vous concéde que la CMU est une fausse bonne réponse. Elle a crée de nouveaux exclus, ceux qui n'en bénéficient pas. on en a fait une usine a gaz administrative, et les garanties offertes, sont dans certains aspects supérieures a celles, proposées, dans des formules a titre onéreux.
Votre irritation va être renforçées par l'idée de l'un des presidentiable, qui souhaite instaurer une nouvelle franchise.
commented by Anonymous HASSELMANN .R, 23 mars 2007 à 15:13  
"Pour l’organisation mondiale de la Santé (OMS), la Santé est constitué par tout ce qui concerne et concourt au bien être physique, moral, social et culturel de l’individu."

Je reprends votre debut de message et j'en profite aussi pour faire allusion au râleur qui en a marre de râler.

Je bénéficie moi de la cmu, j'aurais préférer de pas l'avoir, je ne l'ai d'ailleurs pas demander mais on me la colle d'office....
Une fausse mesure, c'est vrai.
Mais un exemple :
Aujourd'hui, je perds une dent, de devant de préférence sinon c'est pas drôle, et donc je vais voir un centre mutualiste parce que pour retrouver du boulot dans le commercial, une dent en moins c'est chaud, et qu'il faut que j'en retrouve pour mon intégrité sociale, morale etc
Donc confiant bien qu'un peu honteux, j'arrive dans ce centre mutualiste où on me fait gentiment comprendre que les bénéficiaires de la cmu ne sont pas franchement les biens venus....
Ha bon ? Bah je fais comment alors....

Cet exemple peut faire rire, il est malheureusement vrai, je viens d'en faire l'expérience.

Tout ça pour dire, pardon pour demander :
Médecin c'est pour le fric ou pour venir en aide à ses concitoyens ? 9 à 12 ans d'étude ça se paye allez vous me dire... oui, et le fait de se regarder dans la glace en se disant qu'on aide les autres qui n'ont pas eu eux la chance d'avoir 10 ans d'études payés, à savoir les 90% de la population, cela a quel prix ?
Du coup j'vais aller vérifier que sacerdoce existe toujours dans le dico, j'ai un doute là...

En attendant que je la retrouve, vous connaissez la différence
entre Dieu et les médecins ?
................................
...............................
Dieu ne s'est jamais pris pour un médecin
commented by Anonymous Anonyme, 5 avril 2007 à 20:51  

Add a comment