<body><script type="text/javascript"> function setAttributeOnload(object, attribute, val) { if(window.addEventListener) { window.addEventListener('load', function(){ object[attribute] = val; }, false); } else { window.attachEvent('onload', function(){ object[attribute] = val; }); } } </script> <div id="navbar-iframe-container"></div> <script type="text/javascript" src="https://apis.google.com/js/plusone.js"></script> <script type="text/javascript"> gapi.load("gapi.iframes:gapi.iframes.style.bubble", function() { if (gapi.iframes && gapi.iframes.getContext) { gapi.iframes.getContext().openChild({ url: 'https://www.blogger.com/navbar.g?targetBlogID\x3d6771540118839230034\x26blogName\x3dProvidentielle+2007\x26publishMode\x3dPUBLISH_MODE_BLOGSPOT\x26navbarType\x3dSILVER\x26layoutType\x3dCLASSIC\x26searchRoot\x3dhttp://providentielle.blogspot.com/search\x26blogLocale\x3dfr_FR\x26v\x3d2\x26homepageUrl\x3dhttp://providentielle.blogspot.com/\x26vt\x3d2789231194766799201', where: document.getElementById("navbar-iframe-container"), id: "navbar-iframe" }); } }); </script>

Providentielle 2007

Afin que les citoyens deviennent acteurs de leur destin

Attention MAMOUTH !

mercredi 11 juillet 2007

Les suppressions de postes envisagées en 2008 dans l’Education nationale de l’ordre de 15000, chatouillent l’épiderme sensible, du plus gros bataillon de fonctionnaires de notre douce France qui compte pas loin de 1 million d’enseignants (privé + public) pour prés de 12 millions d’élèves.

Nous considérons qu’avec la santé, l’éducation et la recherche sont des priorités absolues d’une nation.

L’éducation est une mission régalienne incontestable. L’Etat doit, en conséquence, veiller à la qualité de ce service public, à l’accès égal et à l’identité des programmes dispensés, dans le cursus primaire/secondaire.

Il n’en reste pas moins que les chiffres et les faits sont têtus.

Le monde enseignant doit avoir le simple courage de se regarder en face. Il fournit la majeure partie des élus, la majeure partie des responsables associatifs, et une belle frange de citoyen à activité secondaire ! Le temps disponible existe ...

Le soutien politique de fédération de parents d’élèves n’enlève rien à l’affaire.

Il est temps de distinguer service public ou service du public, avec FONCTION PUBLIQUE.

Le service du public, c’est mettre les moyens humains et matériels adéquats et suffisants là ou ils sont utiles. La fonction publique en générale et celle de l’éducation Nationale en particulier c’est, un statut, des corps et des corporatismes qui n’ont plus place au 21eme siècle.

Ne peut-on pas envisager sereinement, qu’un citoyen qui dispose d’une expertise dans un domaine, validée par des diplômes, ou validation d’acquis de l’expérience (VAE), puisse consacrer un temps de vie au service du public, si tel est son choix.

Nous aurions ainsi une vraie fluidité et une réelle capacité d’ajustement géographique des besoins. A terme le statut de la fonction publique deviendrait caduc de plein droit.

L’Education Nationale devrait être le premier champ d’expérimentation, avec un préalable un allègement des programmes, un recentrage sur l’essentiel par l’élimination des options folkloriques.


Cette orientation, outre qu’elle mettrait fin aux vœux pieux et incantatoire de la bivalence, permettrait, à la marge de réinsérer des « quinquas » et de tisser un double lien, générationnel et public/privé.

J’ajoute de manière à évacuer toute ambiguïté, que le citoyen enseignant n’est en rien responsable de la situation. C’est l’Etat et les politiques qui, par confort et clientélisme ont laissé « filer les rubans ».


Richard HASSELMANN

Libellés : , ,

posted by Providentielle 2007, 14:38

4 Comments:

M. Hasselmann,

Vous continuez inlassablement votre croisade contre des fonctionnaires dont les salaires et l'utilité ne font pas le poids avec l'évasion fiscale organisée (dont vous ne parlez jamais)

J'aimerais vous lire sur l'abolition des paradis fiscaux situés en Europe au lieu de vous en prendre à des citoyens qui eux n'ont jamais détourné le moindre Euro.

Maintenant même si vous faites preuve dans votre réponse d'indignation par rapport aux paradis fiscaux, il est vrai que votre voix aura moins de portée que lorsque vous hurlez avec les ultra libéraux en demandant le démantèlement de la fonction publique.

Mais, n'est ce pas plus facile de brandir des idéologies que de combattre les vrais injustices ?
commented by Anonymous François, 11 juillet 2007 à 14:55  
il est de notoriété publique que les élus de droite sont issus des professions libérales ou de l'ENA et ceux de gauche de la fonction publique ou de ...l'ENA.

Vous enfoncez des portes ouvertes
commented by Anonymous Anonyme, 11 juillet 2007 à 15:01  
@François,
Merci, car vous me confortez dans une conviction, il est des questions que l'on ne peut aborder.
Alors que l'on soit clair, je viens de la fonction publique, que j'ai quitté , sans cracher dans la soupe, pour voir autre chose.loin de moi l'idée de démanteler , mais simplement peut-on sans passion poser les questions et comparer.S'agissant de l'évasion fiscale, et les paradis fiscaux vous tombez bien, c'est un axe qui me tient a coeur.
Je partage votre avis, si j'en parle sur ce site, cela n'aura pas d'effet, je vais donc en parler ailleurs, mais vous aurez les bonnes feuilles.Je pense en particulier au LBO ou LMBO, qui pillent les entreprises, et, qui logés à l'étranger echappent a la fiscalité française. vous touchez du doigt les limites du capitalisme anonyme et planétaire qu'il faut impérativement juguler.J'y reviendrai.
@Anonyme
Vous n'évoquez le billet que par le "petit bout", et de surcroît vous continuez a fonctionner avec un logitiel périmé. Elu de droite, élu de gauche, cela me rappelle le pas cadencé. Pensez plus simplement "élus tout court", cela vous permettra de réfléchir, avec nous, à la neccessaire réforme du cumul des mandats et a la mise en place d'un statut de l'élu
commented by Anonymous HASSELMANN, 11 juillet 2007 à 17:53  
Je reviens sur ce blog, qui mérite le détour.
La manière dont vous posez la question trahit ou traduit votre démarche intellectuelle.
Si je vous comprend bien vous dites, regardons les chiffres Enseignants/enfants scolarisés, ajustons là ou cela est neccessaire.
Avez vous envisagé une analyse du rapport qualité/prix, c'est a dire le niveau culturel et éducatif de notre systéme. ce n'est pas un baccalauréat avec 85% de lauréats qui peut servir, loin s'en faut de justificatif.
commented by Anonymous CHILON, 12 juillet 2007 à 10:24  

Add a comment